Les zombies existent!

Catalina Villegas Burgos
26 octobre 2018 | Aline Zimmerma…

Texte : Aline Zimmermann Maya Simoes

Dessins : Catalina Villegas Burgos

Des créatures possédées au comportement contre-nature qui agissent au service d’une force obscure… Je parle, bien sûr, des zombies. Des vrais zombies, oui, oui ! Car le fait qu’un organisme n’agisse pas en fonction de sa propre volonté est un phénomène plus courant qu’on le croit… Découvrez les véritables zombies !

Des champignons dans la tête

Un des exemples connus depuis le plus longtemps est celui des fourmis « zombies », documenté par le  grand naturaliste Alfred Russel Wallace en 1859. Certaines fourmis charpentières des forêts tropicales sont infectées par des champignons de type « Cordyceps ». Un mois après l’infection, le champignon contrôle les muscles de la fourmi comme un vrai marionnettiste : il la pousse à quitter son nid et à monter le long d’une tige de plante. Une fois en hauteur, la fourmi plante ses mandibules dans une tige ou une feuille et… attend la mort. Le champignon va alors pousser et sortir de la tête de la fourmi pour former le « sporophore » (la partie visible d’un champignon)… Ragoûtant!

Fourmis zombies

Dans une cour près de chez vous

Plus près de chez nous, dans l’est du Canada, des scientifiques de l’Université de Montréal ont démontré que les coccinelles maculées peuvent devenir de véritables zombies, réduites à l’esclavage par une petite guêpe (Dinocampus coccinellae). La guêpe pond un œuf dans le corps de la coccinelle et lui transmet en même temps un virus qui va manipuler son cerveau. L’œuf éclot et la larve se nourrit du corps de la coccinelle, mais sans la tuer. La larve sort ensuite de la coccinelle, et cette dernière se met à protéger le « bébé guêpe » ! Le plus étonnant est que la coccinelle survit souvent au processus et peut même reprendre un comportement normal après coup.

Coccinelle et guêpe

Poussé au suicide

Les vers « nématomorphes » vivent dans l’eau. Mais au stade larvaire, ils sont des parasites de diverses espèces d’insectes, principalement les grillons. Pourtant, les grillons évitent l’eau le plus possible… Étonnement, les larves de nématomorphes réussissent à contrôler le cerveau de leurs hôtes pour qu’ils se précipitent dans un lac ou une rivière à la première occasion, ce qui est souvent suicidaire pour l’insecte!

Vers d'eau

Papa accouche d’un monstre

Les « sacculines » sont de petits crustacés qui parasitent les crabes en rentrant dans leur corps. Un crabe parasité devient infertile; toutefois, il « donnera naissance » aux œufs de la sacculine qui est en lui. Et le comble, c’est que le crabe va protéger les œufs comme si c’étaient les siens!

Crabe

Attraction fatale

Le monde des zombies ne se limite pas aux invertébrés : les parasites peuvent aussi modifier le comportement des mammifères­. Par exemple, le Toxoplasma gondii est un parasite des chats qui utilise d’autres animaux pour réinfecter d’autres chats. Son hôte le plus commun est… le rat. Le plus étrange est que les rats infectés perdent la peur des chats, et en viennent même à préférer des endroits où on trouve l’odeur de ces félins ! En augmentant les chances que le rat se fasse dévorer par un chat, le parasite T. gondii assure l'achèvement de son cycle de vie. Récemment, des chercheurs ont suggéré que des régions du cerveau responsables de l’attraction sexuelle chez le rat seraient altérées de façon à provoquer un type d'attirance sexuelle envers l'odeur de chat qui, normalement devrait le repousser!

Toxoplasma gondii

Le 31 octobre…

Lorsque vous croiserez des zombies humains dans les rues, ce soir-là, dites-vous que le monde est rempli de leurs cousins… Joyeuse Halloween !

Aline

Zimmermann Maya Simoes

Profile picture for user Aline Zimmermann Maya Simoes
Filtrer les résultats

Catégories

  • Infos sur nos expos
  • Nos films IMAX
  • Actualités scientifiques
  • On répond à vos questions
  • Nos collaborateurs
  • Instagram