Aller au contenu principal

8 découvertes scientifiques qui ont marqué 2021

16 décembre 2021 | Laura Martinez

 

Greffe d’un organe de cochon sur un humain — septembre 2021

Un rein de cochon génétiquement modifié a réalisé sans problème ses fonctions de filtre et de production d’urine dans une expérience sur un humain menée par des chercheurs new-yorkais en septembre 2021. Après une opération de plusieurs heures qui a permis de connecter le rein de cochon aux vaisseaux sanguins d’une patiente en état de mort cérébrale (dont la famille avait autorisé l’expérimentation), le rein a fonctionné durant les 2,5 jours de l’expérience. 


Des robots-bateaux autonomes dignes de James Bond — octobre 2021

Le 28 octobre 2021, les canaux du port d’Amsterdam aux Pays-Bas ont vu débarquer les tout premiers bateaux-robots autonomes. Capables de transporter cinq personnes ou 1500 kg de cargaison, ces ‘roboats’ sont entièrement électriques. Similaires aux technologies utilisées par les voitures autonomes, chaque ‘roboat’ fonctionne à l'aide d'un GPS, de capteurs LIDAR (‘light detection and ranging’) et de caméras qui lui offrent une vue à 360 degrés. Ce projet résulte d’une collaboration entre des chercheurs de l’institut de technologie du Massachusetts et de l'institut d'Amsterdam pour les solutions métropolitaines avancées.


Le génome humain entièrement séquencé, enfin ! — mai 2021

Après plusieurs décennies de recherche, tous les trous dans le séquençage du génome humain ont été comblés. Reconstruit à partir de séquences d’ADN mises bout à bout, ce gigantesque puzzle de 3,2 milliards de paires de nucléotides n’a pas été simple à finir notamment à cause de certaines sections hautement répétitives. 


Les éclairs nettoient l’atmosphère — mai 2021

Des chercheurs américains ont démontré que la foudre contribuerait à épurer l’atmosphère. Comment ? Certains éclairs n’atteignant pas le sol diviseraient l’eau des nuages pour former des radicaux hydroxyle (OH) et hydroperoxyle (HO2) en grandes quantités. En oxydant l’atmosphère, ces oxydes d’hydrogène seraient capables de décomposer certains gaz à effet de serre (GES) comme le méthane, un GES 25 fois plus important dans le réchauffement de l’atmosphère que le CO2. 


L’ARN révolutionne la médecine — mars 2021

Les vaccins à ARN messager (ARNm), comme Pfizer/BioNTech et Moderna, sont en train de révolutionner la médecine, selon une revue de littérature publiée en mars 2021. L’année 2021 cumule les premiers tests de vaccins à ARNm (sida, grippe, cancers, etc.). Contrairement aux vaccins qui utilisent un virus vivant atténué ou désamorcé, les vaccins à ARNm contiennent une portion légèrement modifiée de l’ARNm du virus. En codant la protéine intruse, ces nouveaux vaccins déclenchent la réponse immunitaire de la personne vaccinée. L’immunité durable ainsi acquise permet de protéger la personne vaccinée contre l'agent infectieux d'une maladie particulière.


Le sous-sol de Mars serait habitable — juin 2021

Si la vie a existé sur Mars, elle pourrait se retrouver aujourd’hui dans ses sous-sols. En étudiant des roches martiennes, une équipe internationale a démontré que ces roches peuvent engendrer au contact de l’eau des réactions chimiques dont les sous-produits permettraient la vie martienne microbienne. Ces roches, entre autres collectées par l’astromobile Curiosity, ont été étudiées par une équipe comprenant la géologue canadienne de l’Université de Toronto, Barbara Sherwood Lollar. Reste à prouver que des poches d’eaux souterraines persistent sur la planète rouge. 


Amarsissage réussi du robot Persévérance — février 2021

Le 18 février 2021, l’astromobile Persévérance de la NASA amarsissait avec succès après avoir parcouru presque 470 millions de kilomètres durant près de 7 mois. Depuis, il récolte des échantillons de roches et de sol martien dans le but d’explorer l’habitabilité passée de Mars. Au moins deux Canadiens participent à l’aventure : le professeur en géologie de l’Université de l’Alberta, Christopher Herd, et l’ingénieure québécoise en aérospatiale à la NASA, Farah Alibay. 


Inciter aux changements grâce aux quotas personnels de carbone — août 2021

Une étude publiée dans la revue Nature le 16 août 2021 démontre que mettre en place un système de quotas personnels de carbone serait une stratégie efficace contre les changements climatiques. En fixant une limite aux émissions des gaz à effets de serre (GES) des particuliers, ces quotas encourageraient les individus à repenser, entre autres, leurs modes de déplacement et de consommation. Cette méta-analyse, menée par des chercheurs de Suède, d’Angleterre et d’Israël, démontre par ailleurs que nous avons aujourd’hui les avancées technologiques nécessaires pour mener un tel projet.   


 

Laura Martinez
Profile picture for user Laura Martinez

Texte et photos par Laura Martinez

Mordue de science et d’aventures, Laura a passé plus de dix ans à étudier les fonds marins. C’est même la spécialiste des coups de soleil sur les baleines! Depuis 2017, cette docteure en biologie partage son temps entre la recherche en Arctique, le journalisme scientifique et différents projets de vulgarisation scientifique. Ne ratez pas ses autres billets de blogue !   

Catégories