David Saint-Jacques : le défi de vivre dans l’espace

© Agence spatiale canadienne
30 novembre 2018 | Catalina Ville…

Le compte à rebours est presque terminé : David Saint-Jacques s’envole vers la Station spatiale internationale (ISS) ce lundi 3 décembre ! Pour suivre son lancement en direct, c’est par ici : sur Facebook ou sur YouTube.  Ce séjour sera une grande épreuve physique pour lui. Et si, comme moi, vous rêvez un jour de faire vos valises pour aller sur Mars, vous vous demandez sûrement qu’est-ce qui arrive au corps lors d’un voyage dans l’espace.

Partir à toute vitesse, c’est lourd!

Dans les premières minutes après le décollage, les astronautes subissent une forte accélération qui multiplie leur poids apparent par 3 ou 4 (qu’on note 3g ou 4g). Au retour sur Terre, ça peut être bien pire : lorsque la capsule entre dans l’atmosphère, le corps est habituellement soumis à environ 4g, mais en cas de rentrée d’urgence, comme trois astronautes l’ont vécu en octobre dernier, l’accélération est de l’ordre de 8g à 10g! Ça, c’est comme avoir une vache sur le thorax …

Vieillir en accéléré

Mais le décollage et l’atterrissage ne représentent qu’une toute petite partie du voyage d’un astronaute. D’autres défis les guettent. Dans l’espace, même si on s’exerce régulièrement, certaines parties du corps vieillissent plus rapidement. Par exemple, on a mesuré que certaines artères devenaient plus rigides, comme si elles avaient vieilli de 10 à 20 ans pendant un voyage de seulement six mois dans l’espace!

© Agence spatiale canadienne
© Agence spatiale canadienne

 

Les muscles et les os s’affaiblissent lorsqu’on ne s’entraine pas. Mais en apesanteur, ce n’est pas facile de faire faire de gros efforts au corps. En conséquence, les os perdent de leur masse et se fragilisent : un astronaute perd plus de masse osseuse en un mois qu’une personne normale de plus de 50 ans en un an.

Ainsi, la vie dans l’espace peut laisser des traces qui durent plusieurs mois, tandis que de légers désagréments comme la maladresse, la fatigue ou les nausées disparaissent après quelques jours.

Y a-t-il un médecin à bord ?

Pour mieux comprendre l’effet des voyages dans l’espace sur la santé, les agences spatiales réalisent plusieurs recherches dans la Station spatiale internationale. Et qui de mieux pour les faire qu’un médecin? Ça tombe bien, David Saint-Jacques est justement médecin – en plus d’être ingénieur et astrophysicien !

 

© Agence spatiale canadienne
© Agence spatiale canadienne  

 

Deux études sont sous sa responsabilité principale : une qui porte sur le système immunitaire et une autre sur la santé du cœur et du système sanguin. Pour la première, David Saint-Jacques utilisera un tout nouveau bioanalyseur, un genre de laboratoire médical pas plus gros qu’une console de jeu. Ce mini-labo analysera des échantillons de sang ou d’urine en deux  à trois heures maximum !  Plus besoin de garder les tubes dans un congélateur jusqu’à ce qu’ils soient analysés sur Terre, comme avant.

 

Le bioanalyseur © Agence spatiale canadienne
Le bioanalyseur © Agence spatiale canadienne  

 

Des expériences scientifiques novatrices 

Mais ce ne sont pas les seules recherches auxquelles il participera. Plusieurs autres sont prévues sur toutes sortes de sujets, dont la santé des os et la santé mentale entre autres.

Les astronautes arrivent aussi à l’ère des vêtements intelligents ! Ils porteront en effet un maillot intelligent qui communiquera en temps réel, 24 heures sur 24, avec des médecins sur Terre : le biomoniteur. Et ce maillot a été conçu par Carré Technologies, une compagnie de Montréal! 

 

Le biomoniteur. © Agence spatiale canadienne
Le biomoniteur. © Agence spatiale canadienne  

 

On souhaite un excellent lancement et une excellente mission à David Saint-Jacques !

Pour aller plus loin : 

- Charles Tisseyre parle de la mission de lundi et de la contribution canadienne

Pour ne rien manquer de la mission de David Saint-Jacques à la Station spatiale internationale  

- Pour apprendre plus sur la médecine spatiale

- Intéressé à devenir un médecin de vol sur Terre? 

- Curieux de savoir ce que ça prend pour être un(e) astronaute?

Catalina

Villegas Burgos

Profile picture for user Catalina Villegas Burgos

Catalina Villegas travaille comme chargée recherche et vulgarisation au Centre des sciences de Montréal. Elle détient un baccalauréat en génie physique, mais elle a découvert que sa passion se trouvait dans la communication et la vulgarisation scientifique. Elle s’intéresse aussi à l’art, la caricature, l’origami et la littérature.

Filtrer les résultats

Catégories

  • Infos sur nos expos
  • Nos films IMAX
  • Actualités scientifiques
  • On répond à vos questions
  • Nos collaborateurs
  • Instagram