Aller au contenu principal

L’accessibilité universelle, pour que tous participent

2 décembre 2021 | Laura Martinez

 

L’année 2021 marque une étape importante pour le Centre des sciences de Montréal (CSM). L’amélioration de l’accès universel aux services et aux installations de l’établissement est devenue une préoccupation omniprésente. 

Favoriser l’accès universel au CSM, c’est permettre à toute personne de profiter des activités proposées, quels que soient ses défis au quotidien ou ses besoins particuliers. Voici quelques initiatives concrètes mises en place pour rendre le Centre accessible au plus grand nombre.

Formation du personnel

Le CSM a commencé à former ses employés pour améliorer son service aux clientèles à besoins particuliers. Cette formation a été élaborée en collaboration avec l’organisme Kéroul, spécialisé dans le tourisme et la culture pour personnes à capacité physique restreinte.

« Deux personnes vivant avec un handicap sont venues nous apprendre comment accueillir les personnes à besoins particuliers, quelles sont les bonnes réactions à avoir, etc. Elles sont venues nous parler de leur réalité. Ça éveille vraiment les consciences », explique la chef des services aux visiteurs du CSM, Catherine Sauvé. Selon Sara Arsenault, l’une des chargées de projet du CSM, tous les employés ressortent des formations mieux outillées. 

Après un arrêt durant la pandémie, les séances de formation ont repris à la réouverture du CSM, en septembre 2021.

(Ré)aménager les lieux

La toute nouvelle exposition Mini Mondo, destinée aux enfants de 0 à 7 ans, est presque entièrement accessible aux personnes en fauteuil roulant, au grand plaisir de la conceptrice de l’exposition, Élodie Robert. « À part monter à l’étage de la maisonnette, une personne en fauteuil roulant peut se déplacer partout! », ajoute-t-elle, en précisant que l’organisme Kéroul a également été consulté pour améliorer l’accès universel de tout le CSM.  

Pour Cybèle Robichaud, directrice du Centre des sciences de Montréal, avoir doté les lieux d’une salle d’hygiène est un geste avant-gardiste. « La salle d’hygiène va plus loin que de simples toilettes pour personnes en fauteuil roulant. Elle offre la possibilité d’utiliser une table à langer pour les grands en fauteuil. », précise-t-elle.

« On a aussi nos fameuses nouvelles toilettes non genrées. Ce sont simplement des toilettes mixtes (avec des cabines individuelles fermées), mais c’est super innovant », poursuit la directrice. En plus d’être plus inclusives pour les personnes qui s’identifient à un autre genre que celui de leur sexe, ces toilettes simplifient la vie des parents qui peuvent y accompagner leurs enfants sans égard à leurs genres. Ces nouvelles toilettes sont également dotées de petits lavabos et de grands miroirs verticaux pour que les enfants, les personnes de petite taille ou celles en fauteuil roulant puissent se voir. 


Des activités spécialisées

csm sur la route

Photo: Montréal Science Centre

« Une activité dont nous sommes super fiers aussi, c’est Centre des sciences sur la route », se réjouit Cybèle Robichaud. « En 2017-2018, on a fait le pari d’offrir une animation pour la clientèle scolaire à l’extérieur de nos murs, pour rejoindre notamment des groupes d’enfants ayant des troubles de comportement, du spectre de l’autisme ou de communication. » L’originalité du projet — s’adapter à la réalité des élèves et non l’inverse — a permis au Centre des sciences de recevoir le prix Télé-Québec – Coup de cœur du jury de la Société des musées du Québec en 2019. 

Pour les familles avec des enfants à besoins particuliers, le CSM et le cinéma IMAX® TELUS proposent depuis cet automne des Matinées apaisées. De 9 h à 11 h, un dimanche par mois, le CSM réduit le nombre de visiteurs, planifie des endroits de retour au calme et des stimuli diminués dans les expositions, notamment au niveau de la sonorisation et de l’éclairage 

Des outils pour faciliter la visite

Le Centre des sciences a créé un guide d’accompagnement pour aider les familles à planifier leur visite. « Ce guide explique comment se rendre au CSM, où sont les places de stationnement pour personnes à mobilité réduite, par où on entre dans le bâtiment et où sont les endroits où il y a beaucoup de lumière, beaucoup de bruits, des odeurs de maïs soufflé, etc. Pour les personnes autistes, par exemple, la lumière, le bruit ou les odeurs peuvent être des obstacles importants à la visite », explique Catherine Sauvé, en précisant que le guide permet à chaque famille de se diriger vers les activités interactives convenant le mieux à sa situation. 


Un éclairage bien personnel sur la question

Cybèle Robichaud connait bien la réalité des enfants à besoins particuliers. « Frédérique est non mobile. Elle est en fauteuil roulant. Elle est non verbale aussi », raconte-t-elle, en parlant de sa fille de 12 ans. « Les yeux de Frédérique brillent à chaque visite au CSM, car elle y trouve son compte et elle s’y sent bien. Et ça, c’est la plus belle motivation du monde pour entreprendre des changements profonds! », conclut la directrice.

cybele

Photo: Cybèle Robichaud

Découvrez les Matinées apaisées, spécialement pensées pour les jeunes à besoins particuliers.

Laura Martinez
Profile picture for user Laura Martinez

Texte et photos par Laura Martinez

Mordue de science et d’aventures, Laura a passé plus de dix ans à étudier les fonds marins. C’est même la spécialiste des coups de soleil sur les baleines! Depuis 2017, cette docteure en biologie partage son temps entre la recherche en Arctique, le journalisme scientifique et différents projets de vulgarisation scientifique. Ne ratez pas ses autres billets de blogue !   

Catégories