Aller au contenu principal

Une carrière en animation, ça vous tente ?

30 août 2018 | Marion Spee

"Il y en a pour tous les talents", résume simplement Lina Gagnon, enseignante au département du cinéma d'animation du cégep du Vieux-Montréal. Que ce soit pour le cinéma, la télévision, la publicité, ou encore les jeux vidéo, les métiers de l'animation sont nombreux et variés. En fait, ils couvrent toutes les étapes qui mènent à l'œuvre finale animée, depuis le premier coup de crayon ou le premier clic sur ordinateur.

"Tous ceux - ou presque - qui se lancent dans ce domaine veulent être concepteurs", s'amuse l'enseignante. Mais les places sont rares... Et il y a souvent plus de demandeurs que de postes. Surtout, il y a un tas d'autres métiers à exercer, que ce soit dans les techniques d'animation traditionnelle (le 2D) ou numérique (le 3D). Pour y voir plus clair, voici quelques pistes :

Commençons par le convoité métier de concepteur: il s'agit, comme son intitulé le laisse deviner, de concevoir des personnages ou des lieux. Ça demande d'être créatif, de déborder d'imagination même, mais aussi de maitriser l'expression du mouvement, de la perspective et du volume pour anticiper la façon dont les personnages vont interagir entre eux et avec leur environnement. C'est donc le concepteur qui imagine de toutes pièces les personnages qu'on aime tant, les univers dans lesquels ils naviguent, qui invente le jeu entre eux.

 


Une fois les personnages créés, il faut les mettre en mouvement : ça, c'est le travail de l'animateur. Que ce soit pour le 2D ou le 3D, l'animateur est le véritable maitre du mouvement. En 2D, il part du dessin original et utilise ensuite des logiciels spécialisés pour les faire bouger. En 3D, les personnages qu'il met en mouvement sont en images de synthèse, et donc déjà en volume et habillés de texture (de peau, de poils, d'écailles ou de plumes ou de vêtements). L'animateur-clé s'occupe de créer les images-clés, c'est-à-dire les étapes principales de la composition du mouvement, celles qui garantissent son style et son rythme.

Profil recherché : imagination, mais aussi bonne connaissance de l’anatomie humaine ou animale et de leur représentation de l'espace. Mais l’animateur ne s’occupe que des images principales; les images manquantes, qui sont en fait les plus nombreuses, sont confiées à l'intervalliste. C'est grâce à son travail que les mouvements des personnages sont fluides.

Il y a aussi celles et ceux qui transposent le scénario en images, comme le bédéiste traduit en bulles une histoire complète. On parle de scénarimage (ou de story-board). Il y a encore celles et ceux qui mettent les personnages en contexte en créant des lieux et des décors. On parle de layout. Il faut aussi compter sur des spécialistes qui assemblent chaque élément visuel pour en faire une image finale. C'est ainsi le rôle de l'opérateur compositing de manipuler, réunir et mélanger diverses sources d'images et d'effets spéciaux pour aboutir à une image fixe... qui sera ajoutée dans le montage à la suite des autres.

dreamworks
Vous pourriez vous aussi tenter de créer une animation en visitant l'exposition DreamWorks Animation. 

 

"Ces professions sont bien définies et séparées, mais les artistes du monde de l'animation travaillent en étroite collaboration les uns avec les autres", note Lina Gagnon. C'est le fruit de leur labeur à tous qui est assemblé comme un immense puzzle à la fin. Il n'y a qu'à voir la longue liste des noms qui défilent à la fin d'un film d'animation par exemple pour se rendre compte de la diversité des talents impliqués et du nombre d'intervenants nécessaire à l'ouvrage final.

C'est d'ailleurs une partie de ces expertises que vous aurez la chance de découvrir en visitant l'exposition DreamWorks Animation au Centre des sciences, qui est à l'affiche jusqu'au 16 septembre. Cliquez ici pour acheter vos billets en ligne.

Chapeau à toutes et tous!

Marion Spee
Profile picture for user Marion Spee

Spécialiste des manchots dans une autre vie, Marion est aujourd'hui journaliste scientifique. Elle travaille notamment avec Curium, Science & vie, Québec Science, Le Monde. Recherchiste pour des émissions de télévisions (Electrons Libres), elle tient aussi une chronique d'actualité des sciences dans l'émission l'oeuf ou la poule, sur choq.ca (la radio web de l'UQAM).

Catégories